• Vie de l'Université,
  • Culture,

Beethoven - Mendelssohn - Concert Orchestre de Chambre de Lyon

Evènement | 11 février 2020
20h

L’Allemagne sera à l’honneur de cette soirée avec au programme la Symphonie italienne de Mendelssohn, légère et joyeuse précédée par l’incontournable concerto pour violon en ré majeur de L. V. Beethoven.

À l’occasion de ce concert, l’Orchestre de Chambre de Lyon aura l’honneur de recevoir la talentueuse violoniste Sarah Nemtanu, premier violon solo de l’Orchestre National de France.
 

Programme

L. V. Beethoven

  • Concerto pour violon en ré majeur, op 61

F. Mendelssohn

  • Symphonie n°4 en la majeur, « Italienne », op 90
 

Soliste

Sarah Nemtanu - Violon

 
Tarifs pour le public : de 5 à 34 euros
>>> Billetterie en ligne
 
 Sarah Nemtanu
Le parcours artistique de Sarah Nemtanu reflète à l’évidence sa personnalité généreuse, curieuse et entreprenante :  de ses activités d’orchestre à la musique de chambre, en passant par la création de festivals ou encore sa présence aux côtés d’artistes d’horizons complètement divers, Sarah Nemtanu déborde d’énergie et d’idées nouvelles. Elle est reconnue aussi bien par le public que par les professionnels pour sa très forte présence scénique et ses interprétations expressives et parlantes.

>>> Ecouter Sarah Nemtanu dans La boîte à musique de Jean-François Zygel - France 2
 

Programme détaillé
Concerto pour violon en ré majeur op. 61.
Le Concerto pour violon en ré majeur de Beethoven est considéré comme l'une des plus grandes réalisations du répertoire de violon, un rite de passage pour tous les violonistes. Dans son seul concerto pour violon, Beethoven a décidé de se séparer des conventions traditionnelles. Au lieu d'utiliser l’orchestre comme simple véhicule pour le soliste, comme ce peut être le cas dans les concertos de Paganini ou Mendelssohn, les principales pensées musicales sont exposées par l'orchestre, agrémentées par le soliste dans un esprit d’improvisations. Le premier mouvement Allegro ma non troppo est écrit dans le respect de la traditionnelle forme sonate. Le Larghetto est une sorte de double thème et de variations, exposant avec grâce et lyrisme le soliste dans des registres élevés, quasi ésotériques. Le troisième mouvement Rondo allegro, est une forme hybride, parfois appelée rondo sonate qui comprend les éléments structurels des deux formes musicales.

Le concerto a été joué pour la première fois le 23 décembre 1806 par Franz Clement, directeur musical et violon solo au Theater an der Wien. Le concerto lui-même n’a pas connu une notoriété instantanée et il a fallu attendre une représentation en 1844 par Joseph Joachim, dirigée par Mendelssohn à Londres, pour que le concerto gagne vraiment en popularité. Joachim fera du concerto sa pièce phare. Le concerto pour violon fut composé par Beethoven au cours de deux années extrêmement productives, avec en parallèle la production du quatrième Concerto pour piano, les quatuors à cordes « Razumovsky », les 4ème et 5ème symphonies, et la sonate pour piano « Appassionata ».

Symphonie n°4 en la majeur, « Italienne », op 90.
En 1830, Mendelssohn effectue un fabuleux voyage en Italie. Il décide d’immortaliser sa joie à travers un drame symphonique en quatre mouvements.  La « Symphonie italienne » est la plus classique des symphonies de Mendelssohn d’après la tradition de Haydn et Mozart. C’est sa grande originalité, cette symphonie commence en majeur et se termine en mineur contrairement à l’usage. Le premier mouvement, Allegro vivace, familier pour la plupart des auditeurs est lancé par les violons avec un thème vigoureux. L’ Andante con moto est une marche noble et modérée évoquant avec nostalgie un pèlerinage dont il a été le témoin. Après le scherzo du troisième mouvement, la symphonie termine par un final tourbillonnant nommé d’après une danse traditionnelle italienne, le Saltarello. Écrivant à sa sœur Fanny le 22 février 1830, il rapporta : « J'ai encore une fois commencé à composer avec une vigueur nouvelle, et la symphonie italienne progresse rapidement ; ce sera la pièce la plus heureuse que je n’aie jamais écrite, en particulier le dernier mouvement. »
 


Quelques mots sur la saison 2019-2020

En 2019-2020, l’Orchestre revient avec de nouvelles thématiques qui font la part belle aux oeuvres du répertoire, aux collaborations artistiques avec les grands solistes internationaux, mais aussi à la recherche d’esthétiques orchestrales nouvelles.
Parmi les temps forts de l’année : un concert dédié au compositeur anglais Sir Edward Elgar, une soirée en hommage à l’immense trompettiste français Maurice André et une autre autour de la musique brésilienne, avec la venue exceptionnelle du percussionniste Paul Mindy, spécialiste des musiques afro-brésiliennes.
Grâce à une programmation inventive et originale, l’Orchestre de Chambre de Lyon, composé de 35 musiciens d’excellence, dynamiques et volontaires commence à se faire un nom parmi les orchestres de chambre européens.
 
Site internet de l'orchestre : http://orchestredechambredelyon.univ-lyon3.fr

Vidéo de présentation de l'Orchestre de Chambre de Lyon


 

INFOS PRATIQUES

Lieu(x)
Salle Molière
18 quai de bondy
69005 Lyon
Type

Actualité institutionnelle, Concert

Thématique

Vie de l'Université, Culture

Partenaires



Logos partenaires